Triste tropique (suite et fin)

Je n’ai pas pris de photos des bâtiments délabrés ou des hôtels fermés et envahis par les herbes folles et les lianes tropicales lors de ce bref séjour à Saïpan, je me suis plutôt contenté de prendre quelques clichés de la mer bleue et des couchers de soleil si spéciaux qu’on ne peut voir que sous les tropiques. Pourtant, par certains aspects, cet endroit me rappelait le Vanuatu, Luganville plus précisément, qui au temps de sa splendeur, avant d’être détrôné par Port-Vila après l’indépendance des Nouvelles-Hébrides, était le centre économique de l’archipel, où tous les négoces étaient contrôlés par les grandes familles caldoches de Nouméa. Luganville, une grande ville sans utilité aujourd’hui, avec de larges avenues et un port bien aménagé, mais désespérément abandonnée car il n’y a rien à y faire. Un peu comme à Saïpan, mais pas pour les mêmes raisons. Tristes tropiques, miroirs aux alouettes, attirant des gens qui se sentent déjà mal dans leur peau avant de quitter Aubervilliers ou le XIVe arrondissement et qui ne retrouveront sous les cocotiers qu’une image encore plus sombre de leur personne.

Triste tropique … A Papeete, j’ai vu un Français qui mangeait du corned-beef froid dans des gamelles rouillées, vivant, survivant, sur son voilier depuis longtemps désossé et dépouillé de tout ce qui avait pu se négocier à vil prix et ce skipper était condamné à rouiller aussi sur son bateau attendant des jours meilleurs qui ne viendraient jamais. A Marie-Galante j’ai vu des filles paumées se vendre pour une assiette de haricot de mouton, le rhum ne suffisant pas pour survivre mais plutôt pour abréger ses jours. Aux Marquises, un parisien complètement ahuri avait décidé de faire pousser des légumes et croyait qu’il pourrait faire fortune en les vendant alentour avec une vieux quad pétaradant et fumant, mais il avait oublié de comprendre que tout pousse dans ce pays ou il fait chaud et humide toute l’année car il suffit de faire un vague trou dans la terre avec sa machette et quelques mois plus tard on récolte un choux ou une aubergine. Je ne sais pas ce qu’il est devenu …

Triste tropique …

Pour plus d’information sur les Mariannes, allez sur le blog franckinjapan

Juste en rédigeant ce post, il y a eu le premier tremblement de terre de l’année à Tokyo, vers 14h30, tout de même 7 sur l’échelle de Richter ! Une manière pour les dieux souterrains de nous souhaiter une excellente année …

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s