Commentaire envoyé à la Une du Point de ce jour

« DE LA RADIOACTIVITE DETECTEE DANS L’AIR EN FRANCE »

http://www.lepoint.fr/societe/de-la-radioactivite-detectee-dans-l-air-en-france-15-11-2011-1396355_23.php

Voici le commentaire envoyé au Point :

Voilà du grain à moudre pour les écolos !!!
Si j’ai bien compris, il a fallu filtrer 1000 mètres cubes d’air pour détecter une désintégration par seconde due à l’iode 131, afin que l’identification spectrale soit fiable et donc attribuable sans équivoque à ce radio-isotope ! J’émets de sérieux doutes quant à l’origine de cet iode 131 car il peut tout aussi bien provenir d’un laboratoire de recherche peu regardant au niveau des rejets dans l’atmosphère.
J’ai moi-même manipulé de l’iode 125, plus confortable au niveau expérimental en raison d’une durée de vie plus longue, et je me suis contaminé à plusieurs reprises sans m’en rendre compte (je suis toujours vivant) alors que toutes les précautions d’usage étaient respectées. Les rejets gazeux étaient normalement retenus sur des filtres spéciaux mais ces filtres étaient-ils régulièrement changés ? Je l’ignore toujours. Pourtant je travaillais à l’époque dans un prestigieux institut de biologie en Californie …
Je suppose qu’on va entendre Madame Duflot cacarder avant la fin de la journée parce que cette information présentée en scoop ne lui échappera certainement pas !!!

Je voudrais argumenter mon commentaire. L’iode 131 est un produit de fission de l’uranium 235 et donc présent dans les centrales nucléaires (demi-vie 8 jours) et est utilisé en médecine pour certains traitements de cancers. Mais il a l’inconvénient d’avoir une une demi-vie courte et d’émettre des rayons gamma relativement énergétiques.
L’iode 125, couramment utilisé dans les laboratoires de recherche en biologie et en médecine, est préparé par irradiation neutronique du xénon qui comporte environ 0,1 % de l’isotope 124 susceptible de produire l’iode 125 par capture d’un neutron.

Malgré sa demi-vie courte, l’iode 131 est tout de même utilisé en médecine nucléaire.
En règle générale, les laboratoires de recherche et les services hospitaliers de médecine nucléaire sont censés ne pas rejeter d’iode radioactif sous forme gazeuse et toutes les précautions sont prises mais il peut naturellement arriver qu’un relâchement d’iode gazeux puisse arriver par erreur ou par négligence.

A l’heure où un débat acharné a lieu entre le parti socialiste et les écologistes à propos de l’énergie nucléaire, je trouve inconvenant qu’un média tel que le Point publie en ligne ce fil d’agence provenant de l’IRSN à moins que la rédaction de cet hebdomadaire soit noyautée par des écologistes.
Je trouve tout à fait déplorable, donc, qu’on donne du grain à moudre à ces terroristes, et quand je dis terroristes, je pèse mes mots : toutes les ONG et autres associations telles que la Criirad ou le fameux réseau « sortir du nucléaire » font reposer leur projet sur la terreur qu’ils répandent au sujet du nucléaire en général. Lequel de ces guignols d’opérette de mauvaise qualité connait vraiment et en détail outre l’électronucléaire, les nombreuses applications des radio-isotopes en recherche et en médecine et connaissent-ils vraiment le fonctionnement d’un réacteur nucléaire ? J’en doute.
Les journalistes ne font que mettre de l’huile sur le feu au mauvais moment !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s