Quitter le nucléaire ?

Depuis l’accident de Fukushima il y a eu un retournement de tendance au sujet de l’opportunité de poursuivre dans la technologie nucléaire comme source d’énergie à bon marché. Autant les Américains que les Chinois ont repoussé leurs projets d’investissement dans cette technologie alors qu’il y avait une vingtaine de projets en cours en Chine et une demi-douzaine aux USA. Puis, la situation à Fukushima s’éclaircissant progressivement pour atteindre, comme TEPCO l’avait prévu dès la fin du mois de mars 2011, un arrêt à froid comme à Three Miles Island, a resurgi non pas par hasard mais pour des nécessités économiques l’appétit de la Finlande qui envisage la commande d’un deuxième réacteur EPR (1500 MW électrique) et le Royaume Uni qui considère qu’en fait deux ou trois réacteurs du même type seraient dans des délais raisonnables envisageables pour subvenir aux besoins énergétiques du pays. Dans le même sens, les USA n’ont toujours pas pris de position tranchée au sujet de l’énergie nucléaire, certaines « utilities » considérant que cette source d’énergie est pour le moment la moins couteuse et qu’il faut donc en premier recours décider d’investissements dans cette direction. Sans parler de la Corée du Sud ou du Brésil …

J’ai lu dans le même temps, avec une certaine attention, le rapport d’une ONG (financée par l’impôt, faut-il le rappeler) qui prétend que la France, après un certain nombre d’efforts et de changements dans le mode de vie des citoyens, pourra « sortir » du nucléaire dans une vingtaine d’années, et qu’il faut donc dès maintenant envisager d’arrêter les vieilles tranches de 900 MW et progressivement envisager d’acheter de l’électricité aux Allemands qui développent de manière si exponentielle l’énergie éolienne qu’ils pourront pallier aux besoins énergétiques de la France quand cette dernière arrêtera deux à trois réacteurs par an ! (C’est mon interprétation : pour en finir avec le nucléaire dans vingt ans, il faut arrêter trois réacteurs par an !). Une autre étude a montré que pour changer le style de vie en terme de consommation énergétique domestique des français, la note serait salée, de l’ordre de 500 milliards d’euros, soit l’équivalent de trente à quarante réacteurs EPR type Flamanville !

Je voudrais que quelqu’un m’explique la logique inhérente aux partis écologiques, aux partis de gauche, aux diverses ONG plus ou moins populistes sans dire terroristes, je suis vraiment preneur pour une explication claire.

Cependant, comme je l’ai dit de nombreuses fois dans divers commentaires sur de nombreux blogs, la filière eau pressurisée (et surtout la filière eau bouillante, voir Fukushima) n’est pas une technologie d’avenir, en tous les cas pas soutenable à long terme, et que le seul salut d’une humanité condamnée à se restreindre dans les années à venir est le développement de la filière thorium (fluorures fondus) car le thorium est un métal abondant et peu couteux (ne nécessite pas d’enrichissement) et ne peut en aucun cas conduire à la production de plutonium si convoité par les militaires …

Quand une instance mondiale décidera de développer cette filière qui est le seul salut de l’humanité sur le plan énergétique ?

Une réflexion au sujet de « Quitter le nucléaire ? »

  1. « un certain nombre d’efforts et de changements dans le mode de vie des citoyens » mais en meme temps il faut rouler avec des voitures electriques pour diminuer notre empreinte carbone et d’une maniere generale il faudrait diminuer notre consommation d’energie fossile.

    En toute logique notre appetit en electricite ne devrait qu’augmenter et ce n’est pas avec des eoliennes qu’on va s’en sortir et si on fini par rouler avec des voitures electriques dont l’electricite a ete fabrique dans des centrales au charbon Allemandes ca devient carrement du foutage de gueule.

    Les ecolos qui avancent une sortie du nucleaire (filliere uranium/plutonium) sans proposer de solutions alternatives font un peu de peine. (un peu?) Cela dit il est raisonable de vouloir en sortir mais alors il faut mieux investir dans la recherche ou lieu se regarder le nombril en mangeant des legumes bios.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s