Commentaire envoyé sur le blog de Paul Jorion

henry38

30 septembre 2011 à 22:26

Je discutais encore hier avec mon fils qui travaille dans une banque d’investissement à Tokyo au sujet des dettes souveraines. La dette de l’Etat Japonais rend celle de la Grèce, par simple comparaison, négligeable. Cependant, vu du Japon, le problème de la Grèce lui rappelait la crise des sub-primes, c’est-à-dire une escroquerie à l’assurance (CDS) organisée par les banques d’affaire américaines qui ont eu l’audace de titriser les créances immobilières. Or, pour les dette souveraines, et en particulier pour la Grèce qui a fraudé scandaleusement pour intégrer la zone euro, il n’y a plus d’assureur ! Pour les sub-primes il y avait AIG et chacun connait le sort de cette compagnie d’assurance qui s’est largement compromise dans ce scandale ! Pour la Grèce, comme pour le Portugal, l’Italie, l’Espagne et peut-être bientôt la France, personne ne veut plus prendre de risque, les banques ne peuvent plus s’assurer contre les risques de leurs turpitudes.
Conséquence immédiate et redoutable : on va assister à très court terme à un assèchement des liquidités avec les effets délétères sur l’économie en général : la crise n’en est qu’à son début.
Pour en revenir au Japon, en quelques mots, la dette y est détenue à plus de 96 % par des résidents (banques et particuliers) alors que la dette de la France est détenue à près de 60 % par des non-résidents et aucun particulier ( ! ). Si les marchés ne peuvent plus s’assurer contre les risques de défaut, la France sera confrontée au même problème que la Grèce ou l’Espagne, mais les Japonais continueront à faire confiance en leurs politiciens par simple civisme, même si ces derniers sont notoirement corrompus.

Répondre

  • johannes finckh
    1 octobre 2011 à 00:49
    Bien vu!
    Ceci dit, tous les épargnants détiennent « à l’insu de leur plein gré » une grande quantité de ces dettes souveraines, car les banques et les assurances ont bien placé les fonds collectés des particuliers dans ces créances pourries.
    pourquoi?
    Parce qu’elles ne pouvaient faire autrement pour payer les intérêts promis aux épargnants.
    Autrement dit, l’assèchement que vous annoncez va ruiner un peu tout le monde!
    Pour reculer ce moment de vérité, les banques centrales, la japonaise autant que la Fed, la BCE et la Bank of England, continueront à arroser à qui mieux mieux pour tenter d’éteindre l’incendie.
    Nous sommes devant un paradigme nouveau au sens où la simultanéité de ce phénomène dans le monde entier obtient que les trappes aux liquidités sont bien gavées partout, et la monnaie ne circule pas bien (90% de la monnaie liquide est dans la trappe!)
    Il n’y a plus véritablement d’autre valeur refuge que le billet de banque lui-même.
    Il suffirait de le rendre « liquide » pour que la crise soit terminée! Car c’est bien ce « refuge » qui est la cause principale de la crise de solvabilité annoncée.
    Comment faire?
    En émettant une monnaie marquée par le temps, un signe monétaire marqué par le temps (le SMT), qui perd de sa valeur faciale à intervalles réguliers pour qu’il ne soit plus susceptible d’être thésaurisé et pour que le capital cesse d’extorquer sa rente qui aggrave toujours et encore l’es endettements publics et privés selon un mode de croissance exponentielle.
    pour en savoir plus, je vous expliquerai ça si vous m’envoyez un mail à johannes.finckh@wanadoo.fr; je vous ferai parvenir un petit livre que j’ai rédigé et publié.
Commentaire a posteriori :
La bourse de NY s’est effondrée ce soir (3 octobre 2011) et demain ne sera pas un meilleur jour sur les places européennes à n’en pas douter.
Quelle explication donner à cette chute brutale des bourses ? A mon avis (et pour le moment je ne le partage qu’avec moi-même) les banques sont à court de liquidités (lire mon commentaire ci-dessus) et vendent en dépit de la solidité des fondamentaux pour faire face au jour le jour. Même si la banque centrale européenne décide de créer encore de la monnaie en rachetant de la dette, cela ne suffira pas. Donc, la crise ne va que s’amplifier dans les jours et semaines à venir.
Bon vent !

Une réflexion au sujet de « Commentaire envoyé sur le blog de Paul Jorion »

  1. Les agences de notations continuent a baisser les notes des etablissement financiers, récemment c’est Groupama qui s’est fait degrader.

    http://www.newsinsurances.co.uk/blog/fitch-ratings-groupama-subsidiaries-downgraded/0169482491#

    « The agency considers Groupama’s largest challenge will be to smoothly manage the reduction of its exposure to equities and southern European government bonds, especially Greece. »

    Apres si on degrade la note des organismes parce qu’ils possèdent des actions ou des bonds en espérant qu’ils réduisent leur exposition a ces produits il ne faut pas s’étonner que les bourses baissent, et puis on peut aussi quelque part se demander dans quoi les compagnies d’assurance peuvent investir sans risques… a si je sais dans quoi, dans des produits totalement synthétiques, des fonds de volatilité par exemple qui sucent les quelques goutes de sang restant dans le système, c’est surement mieux comme ca.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s